Les mots sont des murs et les maux sont des fenêtres.

Jeudi 7 octobre, j’écoutais la radio la Première, l’émission “On en parle” à 8h30. Elle parlait du certificat Covid.

Une dame racontait sa mésaventure. Pour moi, ce récit témoigne du déshonneur de certaines personnes.

Cette dame, qui a reçu ses deux vaccins et a son certificat Covid, souhaitait dîner avec son fils autiste dans un restaurant. Son enfant, ne pouvant ni se faire vacciner ni se faire tester, fait partie des cas exceptionnels qui peuvent avoir légalement un certificat médical, tamponné et agréé par un médecin reconnu, en substitut au pass Covid.

Et pourtant, le patron du restaurant a refusé de les laisser s’installer et consommer, malgré l’insistance de cette maman et malgré son bon droit. De guerre lasse, elle est partie sous les applaudissements des clients. «Foutez le camp» et «restez chez vous» que ces braves gens disaient.

Les mots peuvent-être des murs qui séparent, les uns d’un côté, les autres de l’autre côté du mur, rendant impossible l’échange et l’entente mutuelle. Empêchant aussi la solidarité entre les deux.

Certains maux, comme une peur dont on entrevoit mal les racines, sont des fenêtres qui ouvrent possiblement sur l’intolérance, le rejet, l’exclusion et la discrimination.

Le Conseil fédéral a ouvert la boîte de Pandore en utilisant des mots comme la “solidarité”, et donc en creux la “non-solidarité” de certains, la “responsabilité” et donc “l’irresponsabilité” de ces mêmes. En séparant la société en deux, il a fait ressortir des peurs fondamentales insupportables pour l’humain : l’isolement et la mort.

Ces peurs privent souvent les humains de leur pleine réflexion, de leur plein libre arbitre. Or pour retrouver un équilibre mental, les humains se regroupent souvent derrière une «vérité». Et c’est ainsi que deux parts de société deviennent irréconciliables.

Allons-nous laisser les peurs et les injonctions nous désocialiser ?
Claudia Scheder

2 thoughts on “Les mots sont des murs et les maux sont des fenêtres.

  1. Merci pour cet article Claudia.
    Par ces temps difficiles pour tout le monde, je veux croire que nous sommes tous dotés de positivité et que nous sommes tous capables de briller par des actes ou des mots qui apportent le bien autour de nous. Il suffit parfois d’avoir le courage et/ou l’audace de trouver du positif dans chaque action ou parole, et alors le monde devient meilleur. Eglantine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code