Toujours à propos des vaccins Covid…

Je pensais avoir tourné la page de mon irritation à l’égard du « tout-vaccin » que la Suisse bien-pensante promeut avec lourdeur et insistance, en cette année covidienne… Eh bien non, il me faut y revenir ! (Pour qui souhaiterait voir ce que j’en disais à fin 2020, voir ici).

Cité par Le Courrier de ce 19 juillet 2021, M. Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale de l’Université de Genève, reprend une antienne que j’espérais morte et enterrée : « On n’acceptera pas de refermer la vie sociale et l’économie de nos cantons parce qu’une petite minorité ne souhaite pas se protéger et protéger les autres ».

Se protéger ? Oui d’accord, le vaccin protège. En principe du moins, et à 90 ou 95% – il serait honnête de le rappeler de temps en temps.

Reste qu’il n’est pas tout à fait sans risques : que je sache, il est déconseillé aux femmes enceintes (ça leur passera, bien sûr…) et aux personnes transplantées (ça ne leur passera hélas pas). Et je connais personnellement des personnes à qui, du fait de leur passé sanitaire, leur médecin traitant a vivement conseillé de renoncer au vaccin.

Mais admettons : le vaccin protège celle, celui qui se fait vacciner.

Protège-t-il « les autres », ces autres auxquels M. Flahault fait hâtivement allusion ? Je croyais acquis que oui, passés les doutes – légitimes – des premiers mois. Mais voilà que j’apprends qu’un groupe de musiciens, réunis pour quelques jours de répétitions intensives, se sont vu signifier (par le Médecin cantonal vaudois) qu’en cas d’infection d’un d’entre eux, ils seraient tous mis en quarantaine.

Oui : tous. Y compris ceux d’entre eux qui sont vaccinés.

Autrement dit : Vous faire vacciner vous protège, vous. Mais ne garantit pas que vous ne puissiez infecter autrui. Être « porteur sain » du virus, en somme.

Vacciné ou non : c’est pratiquement « kif-kif » !

Alors, quelle différence ? Si vous n’êtes pas vacciné, vous faites courir un léger risque d’infection aux autres personnes non vaccinées (et à quelques pourcents des personnes vaccinées, d’ailleurs : voir plus haut). Si vous êtes vacciné, AUSSI (du moins d’après le Médecin cantonal vaudois) ! Ce qui, soit dit en passant, justifie qu’on continue d’imposer aux « vaccinés » le port du masque, le respect des distances sociales, et autres mesures sanitaires appropriées au lieu et à l’activité.

J’insiste – lourdement puisque apparemment il le faut – : vaccinés ou pas, nous pouvons transmettre le Covid à autrui.

Cela étant, reste le choix individuel de se faire vacciner ou non. Les personnes qui refusent le vaccin acceptent pour elles-mêmes le risque de la maladie. C’est leur choix, c’est leur droit, même M. Alain Berset l’a dit et répété. Si elles tombent malades, elles en assumeront les conséquences. Et si elles mettent autrui en danger, ce n’est pas davantage que les personnes non réfractaires.

« Vous ne pensez pas aux soignants »

Une dernière chose : certains me reprocheront sans doute d’oublier le travail que vous infligerez aux équipes de santé, au cas où vous tombez malade. Par votre faute. Parce que vous avez refusé le vaccin, affreux que vous êtes…

Ben oui… mais le cas n’est pas unique – et de loin ! Si vous fumez et chopez un cancer des poumons, on devra là aussi vous soigner « à cause de votre comportement ». Si vous mangez trop et mal et développez un diabète, idem. Si vous choisissez de pratiquer un sport à risque et avez un accident, idem… Je pourrais continuer ainsi jusqu’à la nuit !

Alors de deux choses l’une : ou bien l’on exige de chacun de nous une hygiène de vie rigoureuse, avec une série de vaccins obligatoires, une interdiction de toute substance ou activité dangereuse, et on nous contrôle et re-contrôle style « meilleur des mondes » – avec à la clé les pénalités, amendes et autres condamnations auxquelles un État policier peut et sait penser – ; ou bien on nous informe des risques de ceci ou cela et après on nous fout la paix, on nous fait confiance. Pour que chacune, chacun puisse vivre sa vie en fonction de ses propres normes, ses propres valeurs, ses propres peurs.

Cela s’appelle la liberté…

Morges, le 20.07.2021 / Philippe Beck

2 thoughts on “Toujours à propos des vaccins Covid…

  1. Alors là, Philippe, les bras m’en tombent. Comment peux-tu écrire que, vacciné ou pas vacciné, c’est kif-kif du point de vue de la transmission de la maladie? Il existe suffisamment d’évidences actuellement que le risque de transmission est considérablement réduit en cas de vaccination, en tout cas avec les vaccins à ARN messager dont nous bénéficions en Suisse. Les études faites en Israël avec le vaccin Pfizer le démontrent.
    Il subsistera toujours un risque résiduel mais nous sommes en pleine pandémie et le vaccin est à ce jour la seule façon efficace d’enrayer la circulation du virus. Il faudrait le reconnaître une fois pour toute même si certains ne peuvent pas ou ne veulent pas se faire vacciner pour des raisons médicales ou personnelles. Leur décision aura des conséquences pour autrui puisque le risque de transmission de la maladie est bien plus élevé si l’on n’est pas vacciné. Cela justifie largement que l’on fasse activement campagne pour la vaccination, d’autant que le virus muté est plus contagieux et que les cas de Covid-long doivent être pris au sérieux.
    Plus de 4 millions de personnes sont déjà décédées dans le monde et probablement bien davantage car de nombreux décès, notamment dans le tiers monde, ne sont pas enregistrés comme des cas Covid. En Amérique latine, la situation est gravissime. En Afrique elle s’aggrave de jour en jour et chez nous on est aussi dans une nouvelle phase ascendante. Alors si prôner le vaccin fait de moi une représentante de la Suisse bien-pensante, je veux bien accepter cette dénomination.
    Christiane Imsand

    1. Bonjour Christiane. Merci pour ton commentaire, même si je souhaite le re-commenter ici…
      Je croyais moi aussi démontré «que le risque de transmission est considérablement réduit en cas de vaccination», comme tu écris. Mais la menace du Médecin cantonal VD de mettre en quarantaine des personnes déjà vaccinées au cas où elles seraient en contact avec une personne atteinte du Covid indique le contraire. (Par ailleurs, signalons que j’ai appris depuis la publication de mon article que le Médecin cantonal NE dit le contraire ! Décidément, on est encore et toujours en Absurdie…)
      La pandémie se calmera lorsque toute la population aura été en contact avec le virus Covid (à condition qu’il ne mute pas suffisamment pour causer des ré-infections en masse). Ce contact peut être le fait d’une vaccination – ou du virus lui-même : le résultat est le même. Je respecte entièrement les raisons des personnes qui prônent la vaccination, tout comme je respecte les raisons de ceux qui la craignent voire la refusent. Et j’estime que diaboliser les uns ou les autres relève d’une violence sociale.
      Loin de moi l’idée de t’étiqueter “représentante de la Suisse bien-pensante” ; je ne crois pas qu’en cette manière il y ait “bien penser” et “mal penser” – si l’on excepte les délires complotistes, dont je me tiens soigneusement à l’écart… Encore une fois : pensons ce qu’on veut – et laissons les autres penser ce qu’ils veulent !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code